Biographie Alivor

Alivor, c’est avant tout le reflet du rap de ces dernières années : fougueux, productif, très à l’aise dans les refrains, forte attitude, et l’envie de s’imposer sur la toile tout en gardant comme base son quartier. Il s’agit du plus jeune rappeur de l’écurie Din Records. Sa signature a pu surprendre les auditeurs de la première heure mais force est de constater qu’Alivor n’en démord pas et compte bien s’imposer dans le paysage du rap français : « Je ne suis pas venu pour jouer la doublure de mes confrères » confie-t-il. Il est déroutant car il n’a pas fait le choix de suivre la même voie que ses aînés. Tout en ayant la même éthique qu’eux, son rap répond avant tout aux plus jeunes. Alivor, c’est un peu l’antidote que l’on cherche lorsqu’on a envie de bouger la tête sans pour autant entendre une insulte toutes les deux mesures. Très teinté par son vécu de banlieusard français et la sombritude qu’il inclut, son rap est donc direct, street et sans prise de tête.

            Cette direction artistique, il a tient de ses débuts avec la S-O, son duo de coeur qu’il forme avec Madsy. Outre leur mixtape L’étincelle avant la flamme, c’est par le biais de vidéos sans prise de tête mais pleines d’énergie qu’ils ont commencé à se faire un nom dans la région havraise. Déjà en contact avec Proof du label Din Records, Alivor décide finalement de rejoindre ce label de renom. Une signature qui apparaît déjà comme une réussite pour ses amis d’enfance, pourtant Alivor n’y voit ici qu’une étape et compte bien s’affirmer dans le haut du classement. Son énergie débordante ne sert pas uniquement au rap puisqu’Alivor, de son vrai nom Aliyou, est aussi boxeur à temps partiel depuis quelques années. La même hargne le guide dans ses deux activités. Être le meilleur pour prouver que même en partant de rien, on peut bousculer des montagnes.

            Alivor appartient à cette lignée d’artistes qui rappent leur vision en écho à leur vie de quartier. Originaire de la Mare Rouge, zone de sécurité prioritaire du Havre, il est tombé dans le rap dès l’âge de 13 ans alors que ses amis d’enfance se sont tournés vers les études ou la prison. Destins croisés. C’est en vivant dans la même chambre que son grand frère qu’il a entendu ses précurseurs : Ideal J, Lunatic, Rohff, Kery James, Mafia K’1fry, Fonky Family, Arsenik, etc. Un héritage qu’il entretient aujourd’hui en se nourrissant principalement des courants de rap américain. De la drill music de Cheef Kief jusqu’à la trap de 2 Chainz, en passant par Jay-Z ou Kendrick Lamar. Voilà où réside le combat musical d’Alivor : rapper son éthique, ses valeurs, son éthique tout en satisfaisant ses amis d’enfance, les petits du quartier et ceux qui s’y reconnaitront. Cultiver ce décalage au sein du label pour mieux convaincre ses adversaires. Il ne lui reste plus qu’à boxer avec les mots.