Il y a des rappeurs qui se prêtent plus au nom d’artiste. Brav fait parti de ceux-là. Celui qui vient du Havre « où même la mer fait la manche » a su créer un univers propre à lui malgré qu’il n’ait sorti aucun album solo à ce jour. Les nombreuses années passées aux côtés de Tiers Monde au sein du duo Bouchées Doubles ou du groupe La Boussole lui ont permis d’affirmer son discours et de se chercher musicalement. S’il garde le rap comme première influence, il n’hésite pas à parcourir d’autres styles comme la pop ou le rock.
!

Rapidement, c’est son grain de voix qui nous interpelle, peut-être en écho à ses origines bretonnes. On les ressent aussi dans ses textes lorsqu’il revendique son côté prolétaire, ses in- fluences populaires comme l’Abbé Pierre ou Coluche, et son vécu de la Sous France. Les titres Nuit blanche, Mal nécessaire et Post-Scriptum illustrent bien ce mélange entre introspection et revendication. Des textes qui résonnent comme des plaies ouvertes. Ses convictions et cette mélancolie ne datent pas d’hier. Déjà présentes dans l’album Apartheid sorti en 2006, elles continuent de l’animer aujourd’hui comme en témoignent ses « Diary of Sous France ». Un concept de vidéos qui devait nous mener à son album solo Sous France… abandonné prématu- rément. Un retard qui apparaît cependant justifié à l’écoute de son premier album solo sorti le 26 janvier 2015.
!

Les convictions de cet artiste ont par ailleurs dépassé son Havre natal et sa Bretagne lors de tournées, et par la voix de Kery James qui a interprété le titre phare de Brav Post Scriptum. Elles ont même dépassé la musique puisque celui-ci s’épanouie également dans la vidéo et la photographie avec son association Horizon Design. Ses nombreux voyages l’ont récemment conduit à sortir son premier livre photo 100% solidaire La lune sans les étoiles, témoignage di- rect et humain d’un séjour en Palestine. Solidaire dans son financement par des internautes à hauteur de 8 500 € via une plateforme de crowdfunding et solidaire par ses ventes dont les bé- néfices sont reversés à une association. Finalement, ce sont toutes ces influences diverses dans la forme mais unies dans le fond qui l’ont permis de se trouver… Bienvenue dans la Sous France.