Face A : Site Din Records

FACE A : Le site Din Records vous permet de suivre l'actualité du label à travers des articles, des chroniques, et reportages directement inspirés du DVD "Le Prix de l'Indépendance". Ces contenus vous présenteront les coulisses du label, de l'enregistrement des albums des artistes (Médine, Alivor, Brav, Tiers Monde) jusqu'au tournage des clips. Retrouvez aussi nos nouveaux clips et les actualités de nos artistes (interviews, biographies).

FACE B : LSA SHOP

FACE B : L'autre partie du site Din Records vous offre un nouveau shop où vous retrouvez les produits de la marque historique Le Savoir est une Arme (L.S.A). Entre modèles désormais classiques (United States Of Africa, I'm muslim don't panik, etc.) et nouveaux modèles, L.S.A a su se renouveler en dix ans d'existence. Suivez les réseaux sociaux de la marque pour ne pas rater les offres flashs exclusives de L.S.A.

Historique Din Records

Din Records est un label de musique comme on en fait plus. Si elle voit le jour en 2002 au Havre, l’entité Din Records ne fait qu’officialiser une histoire de famille qui a commencé dès les années 1990. Porté par les deux piliers que sont Proof et Sals’a, anciens membres du groupe Ness & Cité, le label va rapidement s’installer sur la carte du rap français. Leur détermination, leur autodidaxie, ainsi que leur cohésion leur permettront de perdurer jusqu’à nos jours. Très peu de labels indépendants ont su s’inscrire dans la durée et produire autant d’albums. Oui, l’une des plus grosses équipes du rap français réside en Haute-Normandie, n’en déplaise à certains. A l’heure où l’industrie musicale se transforme face à la crise du disque, cette ancienne association issue des quartiers difficiles du Havre continue à s’imposer comme un modèle à suivre.

Antoine Lavoisier disait : « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ». C’est un peu la force de Din Records, savoir s’adapter au fil des années et des évolutions internes à l’industrie musicale. Graphisme, vidéo, merchandising, concert, enregistrement, marketing : en plus de 15 ans d’existence, ils ont su développer eux-même chaque branche nécessaire à leur survie. Pendant longtemps, Médine était à la fois rappeur et chargé des relations presse, Tiers Monde jonglait entre le studio et la comptabilité, quand Brav écrivait ses albums tout en s’initiant à l’infographie et à la vidéo. Cette volonté de « se gouverner soi-même » se ressent encore aujourd’hui avec des albums sortis en indépendant, c’est-à-dire élaborés au Havre de A à Z. Quand Proof et Sals’a assurent la direction artistique et l’enregistrement de l’album, Rémy met en place les tournées et s’improvise régisseur, alors que Andrés développe l’identité visuelle de la marque L.S.A. Un pari compliqué et risqué mais qui s’avérera payant. Après avoir distribuer leurs premiers projets indépendamment des grandes boîtes de distribution grâce à Hugues, ils se sont même décidés à créer Satellite Distribution au milieu des années 2000 en partenariat avec le label Street Skillz. Une initiative qui portera ses fruits puisque cette structure distribuera des artistes phares comme Despo Rutti, Soprano ou Seth Gueko, le tout géré par l’artiste Enarce du label Din Records. Quant à la distance avec Paris où regorgent les principales têtes de ce milieu, elle a finalement renforcé le label, leur permettant de garder une certaine stabilité et un recul nécessaire. « Géographiquement éloigné de la capitale s’avère au final être un bien beaucoup plus qu’un mal. » (Médine, Arabospiritual, 2008).

Les premiers coups d’éclat du label ont lieu à la fin des années 1990 et au début des années 2000 avec le groupe Ness & Cité, auteur du maxi Par tous les moyens, et des albums Ghetto Moudjahidin et Havre de Guerre. On retiendra la détermination de Proof et Sals’a qui vont alors parcourir les quatre coins de France et Navarre, passant des plus petites salles provinciales jusqu’au Printemps de Bourges où ils seront élus « découverte nationale ». Leur manière d’orchestrer et de mettre en scène les lives s’est perpétuer jusqu’à maintenant et se ressent dans les tournées des autres artistes. Lorsque ces deux rappeurs se décident à devenir des hommes de l’ombre, c’est pour mettre en lumière le reste de l’équipe : Bouchées Doubles, composé de Brav et Tiers Monde, Médine, Aboubakr, Samb, Koto et Énarce. Commence alors le marathon avec la sortie des projets du collectif La Boussole regroupant tous ces rappeurs, le premier maxi de Bouchées Doubles Quand ruines et rimes srallient et l’E.P Matière Grise, et les premiers albums de Samb, Rubicub, et Médine, 11 Septembre. Entre 2000 et 2005, c’est plus de 10 projets qui verront le jour. Une productivité incomparable qui sera couronnée par un succès d’estime à l’échelle nationale en 2005 avec la sortie de l’album Jihad, le plus grand combat est contre soi-même de Médine. S’en suit la sortie de l’album Apartheid de Bouchées Doubles en 2006, désigné comme classique aujourd’hui, et le projet Table d’écoute de Médine qui fera une entrée remarquée dans le top album.

Cette volonté de « se gouverner soi-même »

se ressent encore aujourd’hui avec des albums sortis en indépendant, c’est-à-dire élaborés au Havre de A à Z.

A partir de 2006, le label Din Records se concentre majoritairement sur Médine, rappeur ultra productif qui pondra plus de 5 projets en 5 ans. Ses nombreuses collaborations avec Soprano, Youssoupha, Dosseh, Seth Gueko, Salif, Diams, Lino, Kery James confirmeront son statut aux yeux de tous. 2008 est une année riche en victoire avec la sortie de la Don’t Panik Tape et de son troisième album Arabian Panther.

Dans la foulée, Médine reprend les concerts et se forge peu à peu une grande réputation de part son travail scénique. Toujours épaulé par ses compères Tiers Monde et Brav, il enchaîne les tournées et les salles les plus prestigieuses : La Cigale, l’Élysée Montmartre ou, plus récemment, l’Olympia où Médine présentera son quatrième album Protest Song. Parallèlement, Tiers Monde entame une aventure en solo avec le projet humanitaire Black to the future et son premier album solo Toby or not Toby, sorti en 2014. Début 2015, c’est au tour de Brav de sortir son album solo Sous France. Ces deux dernières sorties du label Din Records seront fortement salués par la critique et contribueront à réinstaller les deux moitiés de Bouchées Doubles dans la sphère du rap français. Une des forces du label est d’avoir réussi le passage du physique au numérique et à s’adapter aux nouvelles formes de communication et de marketing. A l’heure où l’indépendance connaît un nouvel élan, Din Records s’affirme comme un des acteurs principaux sur lequel compter.