Jihad. Un mot devenu incontournable aujourd’hui. Entré dans le dictionnaire Le Petit Robert il y a quelques années et illustré d’images du 11 septembre, de l’attentat de Madrid ou d’étudiantes en jupe Kiabi. Plus sérieusement, il y a exactement 10 ans, le rappeur Médine sortait son second album solo Jihad, sous-titré « le plus grand combat est contre soi-même ». Son objectif ? Réhabiliter le mot Jihad dans son sens le plus noble, et ce bien avant le départ en croisade des médias français, et occidentaux en règle générale, contre les musulmans, nouvel ennemi commun désigné par Georges Bush après la chute du bloc soviétique.

Jihad - Médine

Cover de l’album Jihad de Médine sorti en 2005

En quelque sorte, on peut dire que Médine était en avance, voire dans le futur comme dirait l’autre. A l’époque, il n’avait pas l’audience dont il profite aujourd’hui, mais le forum du CSA en faisait déjà sa cible. Situation assez ironique pour un soi-disant rappeur terroriste quand on y repense. Il est vrai que Médine appelait déjà au jihad en 2005. Mais à un jihad social, humain, culturel. Il abordait ce terme si épineux à travers sa signification de « lutte » et d’« effort ». Comme le sous-titre de l’album l’indiquait si bien, l’objectif du jihad est alors de combattre son soi-même, de s’élever intellectuellement, socialement, et d’aspirer au bien, non au mal. C’est cette définition que prônait également le commandant Massoud du haut des montagnes afghanes.

Nous profitons donc de cet anniversaire décennale pour rappeler que Médine a toujours été dans la provocation. C’est son cheval de Troie inversé. D’apparence, il joue sur des éléments provocateurs et qui interpellent. Mais quand on creuse ses albums, on comprend alors que son discours n’incite ni à la violence ni à un quelconque prosélytisme. Ceux qui ont été choqués par le clip Don’t Laïk et qui se sont sentis visés devraient réécouter ses premiers albums. L’ironie et la caricature faisaient déjà parties de ses armes. Imaginez si l’album Jihad sortait aujourd’hui. Quand on connait désormais l’impact de l’image et la notoriété désormais plus grande de Médine, il est certain qu’un tel album aurait fait écho. A tel point qu’Alain Finkielkraut et Caroline Fourest en auraient certainement fait leur disque de chevet.

Ecoutez l’album Jihad de Médine sur Deezer, Spotify, Google Play ou Itunes